Trames arborescentes II > Résumés

Trames arborescentes II. Le recours aux trames arborescentes en art, littérature et sciences humaines de l'Antiquité à nos jours

Résumés des interventions

F._061v_detail_3_Bande_11.JPG

Grimper aux arbres pour voir plus loin. Arborescence et distant reading chez Franco Moretti.

Laurent Gerbier, Maître de Conférence en Philosophie, Centre d'Études Supérieures de la Renaissance / InTRU, Université de Tours

[Résumé en attente]

F._061v_detail_3_Bande_12.JPG

L’Albero della vita de Pacino di Bonaguida : quand la théologie dépasse le modèle de l’arbre

Cyriane Rohner-Ouvry, Doctorante en Théologie protestante, Équipe d’Accueil de Théologie protestante, Université de Strasbourg

« Je suis crucifié avec le Christ (Galates 2,19). L’adorateur sincère de Dieu, le disciple du Christ qui désire ressembler parfaitement au Sauveur de tous, crucifié pour lui, doit avant tout par un effort attentif de l’esprit s’appliquer à porter continuellement la croix de Jésus‑Christ dans son âme et dans sa chair, afin d’éprouver en soi en toute vérité la parole de l’Apôtre citée plus haut. »

Ainsi commence le prologue du Lignum Vitae (1260) du théologien franciscain Bonaventure (1217-1274). Dans ce traité spirituel de quarante-huit méditations, le Docteur séraphique invite son lecteur à se remémorer perpétuellement la vie du Christ, de son Incarnation à sa Glorification, afin de parvenir à une union avec Dieu. Pour ce faire, il use du motif de l’arbre comme moyen mnémotechnique afin que le croyant puisse plus aisément retenir les éléments de la vie de Jésus. Pléthore d’images a vu le jour suite à la diffusion de ce texte au Moyen Âge.

Nous nous proposons, dans cette présentation, d’aborder l’Albero della Vita (ca. 1310‑1315) de Pacino di Bonaguida, fidèle illustration du Lignum Vitae. Mais, si cette œuvre reprend le motif de l’arbre – qui occupe la majeure partie du tableau – ainsi que les récits évangéliques illustrés en quarante-sept médaillons, il appert que la clef de lecture de cette peinture sur bois peut être verticale, transcendant l’image de bas en haut.

Car, les parties inférieure et supérieure de l’œuvre, représentant respectivement la première et la nouvelle création et dont la jonction se fait par le Crucifié lui-même, sont des motifs propres à l’Albero della Vita. C’est ainsi que le modèle de l’arbre, important dans l’écrit, semble être dépassé dans l’œuvre picturale par la théologie qui y transparaît au regard de la typologie ancienne/nouvelle création et de la typologie adamique.

F._061v_detail_3_Bande_13.JPG

La trame arborescente, un outil heuristique pour comprendre l’image au début de la Renaissance ?

Naïs Virenque, Doctorante en Histoire de l'Art, Centre d'Études Supérieures de la Renaissance, Université de Tours - ATER en Histoire de l’Art médiéval et moderne, Université Lyon III
 
[Résumé en attente]
F._061v_detail_3_Bande_14.JPG

L'arbre et la Crucifixion sur les vitraux bretons des XVe-XVIe siècles

Marcello Angheben, Maître de Conférence en Histoire de l’Art médiéval, Centre d'Études Supérieures de Civilisation Médiévale, Université de Poitiers

[Résumé en attente]

F._061v_detail_3_Bande_15.JPG

Les arborescences électriques d’Iannis Xenakis (1922-2001)

Candela Gaitan Salinas, Doctorante en Histoire de l’Art, Université de Malagá et École Pratique des Hautes Études 

Les arborescences forment des réseaux, des structures ou des processus qui peuvent être d’une origine naturelle ou d’autre type par exemple d’origine électrique. Les deux processus ont une représentation graphique ou visuelle précise par lesquelles, si on faisait un processus d’abstraction, il serait très difficile de les différencier à cause de leurs ressemblances.

Si l’arborescence est un processus ou une structure qui a une représentation graphique concrète, il serait possible d'organiser n’importe quel élément en suivant une structure arborescente. Le musicien et architecte Iannis Xenakis (1922-2001) fut très avide de connaissances et passionné par la nature. Dans sa production musicale, il inclut différents processus naturels tels que les nuages, qu’il définit comme masses qui peuvent être formées par des insectes, des personnes ou des animaux et naturellement par vapeur aussi. De la même manière, il fait référence aux arborescences à travers des images d'arbres certes, mais aussi des veines et des nerfs du corps humain.

Les nuages et les arborescences musicales sont inclus dans les œuvres d’Iannis Xenakis. D'abord, il établit ses processus pour musique acoustique, par exemple dans Evryali (1973). Ultérieurement, il en fait même l’un des apports le plus importants de son œuvre. Xenakis compose Mycenae Alpha (1978) dans laquelle il incorpore électroniquement les structures arborescentes par l’intermédiaire d’une image qu'il dessine lui-même, rendue possible grâce à son invention de l'UPIC, une machine qui permet de faire de la musique par images.

F._061v_detail_3_Bande_16.JPG

« L’homme qui ne savait pas jouer de la cithare » : rumeur et arborescence d’Ion de Chios à saint Augustin

Lisa Roques, Doctorante en Langue, Histoire et Littérature anciennes, Ausonius, Université de Bordeaux

Tout commence lors d’un symposium à Athènes. Les convives, des hommes, des  membres de l’aristocratie échangent dans une atmosphère légère ; les cratères circulent, tout comme les plaisanteries, les paidiai, qui font le sel de ces soirées. Cimon charme l’auditoire tant par le récit de ses exploits militaires que par sa maîtrise de la cithare. Les louanges pleuvent : Cimon est un bien meilleur convive que Thémistocle puisque ce dernier avoue n’avoir appris ni à chanter ni à jouer de la cithare, mais sait rendre une ville prospère et puissante. De ce banquet et de ses bons mots, Ion de Chios a conservé la mémoire dans ses Epidèmiai. A la diffusion de l’ouvrage du poète chiote, la rumeur est lancée : le grand homme d’Etat ignore la musique.

Les comiques s’emparent de l’expression, à commencer par Aristophane. Si leurs textes restent allusifs, l’anecdote est reprise verbatim par Plutarque. Dans les Vies, la private joke de l’élite oligarchique devient un élément biographique et partant, une réalité historique dont s’empare Cicéron pour commenter les mœurs culturelles grecques. Et Quintilien de citer Cicéron fustigeant l’inculte Thémistocle. 

De texte en texte, l’apophtègme se modifie, il change de langue, il connaît des divisions, des glissements lexico-sémantiques, des circonstances différentes. L’évolution est telle que le jeu de décontextualisation-recontextualisation induit par la pratique de la citation amène un contre-sens sur la critique de l’homme d’Etat athénien. L’attitude de Thémistocle devient en effet un modèle pour Aélius-Aristide, Saint-Augustin et Procope.

C’est toutes ces ramifications du récit initial d’Ion de Chios que nous nous proposons d’explorer, la forme de l’arborescence permettant de faire apparaître à la fois le tronc commun de l’anecdote, ses embranchements linguistiques et sémantiques, et ses greffons philosophiques.

F._061v_detail_3_Bande_17.JPG

La dissimulation comme arborescence : le style voilé des Stromates de Clément d’Alexandrie

Antoine Paris, Doctorant en Langue et Littérature grecques et Études bibliques, Université de Paris Sorbonne - Université de Montréal

Les Stromates (« tapisseries » ou « tissages » en grec) présentent un double mode d’organisation. À côté d’un plan précis, plusieurs fois exposé par Clément, l’auteur emprunte le désordre des références littéraires propre au genre du florilège de notes de lectures. Ce désordre est cependant discrètement organisé dans les Stromates, notamment parce qu’il se caractérise par le retour de plusieurs images cohérentes. De cette façon, ce ne sont pas seulement deux modes d’organisation du texte, mais aussi deux parcours de lecture différents que Clément met en place : à côté de la lecture linéaire, la mise en rapport de certaines images par les lecteurs persévérants leur permet d’atteindre un sens caché, ou plutôt suggéré par le texte. Ce serait un moyen de comprendre ce que Clément entend quand il prétend employer un style « voilé ».

F._061v_detail_3_Bande_18.JPG

 

Personnes connectées : 1 Flux RSS